L'amant (102)

 

Tes yeux d'un bleu profond.

Ne me charme qu'à temps perdu.

Faut-il être Déesse

Pour conquérir ton cœur?

 

Hélas; Je ne suis qu'une femme.

T'aimant avec ardeur.

Tu n'es qu'un courant d'air.

Et pourtant bien souvent.

 

Je te hais comme je t'aime.

De détruire ma vie.

De troubler mes pensées.

De n'être rien qu'à toi.

De n'être rien sans toi.

 

Tu laisses sur mes draps l'odeur de ta peau.

Le parfum de l'amour.

Et tes petits mots doux sur ma table de nuit.

Quand tu t'en va à l'aube.

 

Rejoindre ta vraie vie.

Ta femme légitime.

Qui pleure dans son lit.

En t'attendant la nuit.

 

Et dans l'après midi

Tu reviens dans ton nid

M'offrir des iris

Pour te faire pardonner.

 

Et moi comme une idiote

Au lieu de te bouder

Je dépose sur ta bouche

Le plus chaud des baisers.

 

Et nous faisons l'amour

À la tombée du jour.

Espérant que demain

On se tiendra la main.

Pour un bout de chemin.

Dominique Brené

© 23 04 2014